Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Notre avis sur l'actualité

Véronique Legras-Snoeck, Directrice du Haut Niveau GAF

Publié le 1 Septembre 2017 par Odilon Fraq in Gymnastique

Photo: Antoine Quinson. Véronique Legras-Snoeck

Photo: Antoine Quinson. Véronique Legras-Snoeck

GYMNASTIQUE ELITE / Sélections françaises en GAF pour le Championnat du Monde

Mercredi 30 août 2017 au Pôle France Gymnastique à Saint-Etienne

 

 

Véronique Legras-Snoeck, Directrice du Haut  Niveau GAF

 

 

Il y a des personnalités qui marquent plus, Véronique Legras-Snoeck, Directrice du Haut Niveau GAF (Gymnastique Artistique Féminine), donc patronne chez les filles depuis l’automne 2013, en fait partie.

 

Depuis son arrivée à la tête de l’équipe de France féminine, elle a influé un nouveau vent de fraîcheur, prônant la transparence et la cohésion de groupe, travaillant avec chacune pour que les gymnastes adhèrent au projet sportif et retrouvent l’envie et l’honneur de porter le maillot tricolore.

 

Et après plusieurs mois pour faire passer son message, le collectif coaché par Véronique Legras-Snoeck récolte les fruits de son travail, de son investissement, en récoltant deux médailles au dernier Championnat d’Europe en Roumanie (à Cluj Napoca) en avril 2017 :

  • Coline DEVILLARD Championne d’Europe en saut,
  • Mélanie De Jésus Dos Santos, 3è (médaille de bronze) au Concours Général.

 

Et mercredi 30 août, à l’occasion du deuxième test de sélection pour le Championnat du Monde par spécialité (par agrès) à Montréal (Canada du 02 au 08 octobre prochains), nous avons retrouvé Véronique Legras-Snoeck  :

 

«C’est un formidable public à Saint-Etienne, et on évolue au Pôle France dans une belle structure.

On a la chance d’avoir de la densité, et cela reste ouvert. Cette chance d’avoir un collectif étoffé on se l’est créée, fabriquée ensemble avec ce collectif et cet encadrement.

 

Il y a des noms qui se détachent, mais rien n’est joué. On va retenir quatre gyms et une remplaçante.

 

Le choix de retenir ces douze filles, cela devient facile, car on a mis en place un minima pour accéder au collectif, donc cela s’est très vite déterminé. Et tout au long de l’année,  les filles sont au courant des notes pour entrer dans le collectif.

La sélection n’est pas faite, pas encore jouée car justement, c’est ouvert. Louise Vanhille (Pôle stéphanois) se teste et n’est pas en lice pour Montréal.

                 

Pour le Championnat du Monde, nous mettrons en plus en place un stage en parallèle pour les meilleures juniors et seniors pour aller s’entraîner là-bas à Montréal et observer les Championnats du Monde, avec l’objectif de 2018, 2019. C’est une préparation à la qualification pour les prochains JO à Tokyo en 2020.

Les prochains Championnats du Monde seront différents puisqu’on sera dans une logique de qualification pour les JO.

 

L’enjeu pour le prochain Championnat du Monde par spécialité au Canada est fort avec l’objectif d’entrer en finale, parmi les huit meilleures mondiales.

Ensuite faire des médailles si possible.

 

Bien-sûr on espère faire des médailles, mais le plus dur c’est d’entrer en finale, être parmi les huit meilleures mondiales, et d’aller chercher la médaille.

Chance collectif étoffé la chance on se l’est créé, fabriqué ensemble avec ce collectif et cet encadrement ».

 

Et nous on souhaite bon vent à ce collectif où il fait bon vivre, que Véronique Legras-Snoeck a su mettre en confiance pour aller encore chercher d’autres podiums internationaux.

Déjà, avec Montréal en vue.

 

Odilon Fraq

Commenter cet article