Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Notre avis sur l'actualité

Yuriy YOTOV, le volley en ADN

Publié le 17 Juin 2017 par Odilon Fraq in Sport, Volley

Yuriy Yotov en osmose avec ses joueurs. Photo: Antoine Quinson

Yuriy Yotov en osmose avec ses joueurs. Photo: Antoine Quinson

VOLLEY / Match exhibition CASE Volley – Sélection du Nord

Samedi 10 juin 2017 à Saint-Etienne

 

 

Yuriy YOTOV, le volley en ADN

 

Samedi soir au Stadium Maisonnial à Saint-Etienne, c’était la fête du volley, des joueurs qui étaient mis à l’honneur.

Et c’était aussi l’occasion de mettre en lumière les entraîneurs, les coaches qui les forment, les accompagnent avec toujours la même passion, comme Yuriy Yotov, entraîneur du CASE VOLLEY.

Yuriy Yotov est toujours animé par la même passion pour ce sport qu’il porte en lui depuis l’âge de huit ans. Il est tombé « dans la marmite » et ce sport est inscrit dans son ADN.

« J’ai de suite accroché au volley dans la ville où j’étais en Bulgarie. C’est vrai qu’il y avait peu d’équipes à haut niveau, au niveau national, et celle qui évoluait à ce niveau, c’était le volley. Ce sport d’équipe m’a plu, et je n’ai jamais arrêté de jouer au volley » confie-t-il.

Il a ainsi fait partie de l’équipe nationale bulgare en junior, ensuite à 18 ans, il signe son premier contrat PRO et l’aventure se poursuit.

En été, il joue au Beach Volley et devient très vite international de cette discipline. En 1993, Yuriy Yotov « représente son pays au tout premier Championnat d’Europe de Beach Volley en Espagne ».

Plusieurs fois champion de Bulgarie en Beach (2/2 ou 3/3), il joue en salle comme réceptionneur / attaquant, où il portera les couleurs des clubs en Bulgarie, au Portugal, en Grèce.

Son aventure en France, Yuriy Yotov la doit au Président de l’ASUL. Ce dernier l’informe que le CASE Volley à St Etienne cherche un joueur-entraîneur. La proposition lui plaît, car à 33 ans, il voulait encore jouer, vivre sa passion, et entamer une carrière d’entraîneur.

Yuriy Yotov saisit cette opportunité et est stéphanois depuis vingt ans.

« J’ai très bien été intégré à la ville, j’aime bien la vie ici, tout se passe bien. Le CASE est un club très familial et cela me plaît. C’est une belle histoire » commente-t-il.

Un mariage heureux qui se poursuit pour cet homme discret, d’une grande humanité, peut être là, la clé de sa réussite et de sa longévité au sein du club stéphanois.

Yuriy Yotov aime certes le volley, mais il apprécie aussi l’humain, la relation avec son groupe. Il est heureux de ses joueurs : « Je suis fier d’eux, de tout ce qu’ils ont fait cette saison, même si ça n’a pas fonctionné comme on aurait aimé. Ils y ont cru et jusqu’au bout ils se sont battus ».

Le CASE Volley, un collectif solidaire, soudé, où il fait bon vivre aussi, à l’image de son entraîneur, Yuriy Yotov.

 

Odilon Fraq

Commenter cet article